Equipe:
Durée: 101‘
Genre: Drame
Date de sortie: 25/08/2009
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Lori vit avec sa mère et son nouveau beau-père Gary. Pour elle, la vie n'est pas facile et ne l'épargne pas beaucoup. Pour John, inspecteur de son état, dont la femme est paralysée à l'hôpital, rien n'est simple non plus...

Notre critique:

Mettant en place intelligemment ses personnages en quelques images, John Polson livre ici un film plus abouti que ses précédents (SWIMFAN, HIDE AND SEEK). TENDERNESS propose une plongée dans une galerie de personnages dont les esprits ne sont hélas pas des plus sains! Atmosphères lourdes en sous-entendus, tensions entre personnages, perversités diverses et variées occupent l’avant-plan du film. Les brisures des uns font écho aux ruptures des autres dans un univers qui ne peut conduire qu’au drame.

Loin des gros blockbusters dans lesquels on le retrouve habituellement, Russel Crowe campe un personnage qui, avec l’accident de sa femme, a perdu une partie de ses repères. Il joue en demi-teinte et avec beaucoup de retenue ce détective en marge… Face à lui, le jeune Jon Foster que l’on retrouvera bientôt dans THE INFORMERS, est un psychopathe parfait, amenant son personnage de jeune homme sympa et bien comme il faut à la limite du terrifiant.

TENDERNESS, vous l’aurez compris, n’est pas un film d’action et se ballade entre le thriller et le drame avec beaucoup d’aisance, privilégiant ses personnages et leur destinée plutôt que l’histoire elle-même qui manque peut-être un peu de tension et déçoit un peu lors d’un de ses climax…

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...