Equipe: Bernard Farcy, Franck Gastambide, Malik Bentalha, Stéphane Kazandjian
Durée: 102‘
Genre: Comédie d'action
Date de sortie: 04/04/2018
Cotation: ooo (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Alors qu’Hamid livre une chèvre dans son taxi dans un village en plein milieu du désert, il reçoit un appel de son neveu bien aimé, Eddy, qui l’appelle depuis Paris, car il a absolument besoin du taxi.

Notre critique:

On ne va pas s’étendre sur ce cinquième opus de la franchise. Si le premier TAXI avait le mérite de la nouveauté, avec ce petit côté franchouillard faisant du second degré sur l’amour des bagnoles made in USA, et aussi celui d’avoir fait connaître Marion Cotillard dans ses premières oeuvres, ce TAXI 5 frise le palmarès en terme de médiocrité!

Entre le vomi, le scato et le mauvais goût pur et simple (sans doute un hommage aux comédies américaines qui aiment en abuser), TAXI 5 nous offre aussi des dialogues indigents, des gags foireux en veux-tu en voilà, des réflexions machistes en pleine crise Weinstein (la comparaison des filles et des bagnoles a fait long feu)  et un scénario inexistant. Même les scènes d’action sont quelconques.

Que demander de plus à Frank Gastambide (LA SURFACE DE REPARATION) qui est derrière la caméra, devant aussi et surtout au scénario… enfin, comme il n’y en a pas, ce dernier point se discute. La seule chose à faire serait d’éviter de perdre son argent en salle mais l’on sait qu’hélas, ce TAXI 5 risque en plus de faire des entrées.

Et si l’on en croit le méchant italien du film qui jette à Sylvain Marot un “on se reverra” à la fin du film, on risque même d’avoir un Taxi 6.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...