Equipe: Cara Delavingne, David Ayer, Jared Leto, Margot Robbie, Will Smith
Durée: 123‘
Genre: Film d'action fantastique
Date de sortie: 03/08/2016
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Washington. Le monde a changé lorsque Superman est apparu. Mais aussi lorsqu’il a disparu. Amanda Waller, directrice d’une agence secrète gouvernementale, propose alors de former une équipe d’intervention composée uniquement de super-vilains: Deadshot, Harley Quinn, Captain Boomerang, El Diablo, Killer Croc et The Witch...

Notre critique:

La “Suicide Squad” a été créée en 1957 par DC comme une équipe de super-vilains envoyée sur des missions suicides par le gouvernement. Pour faire court, Suicide Squad est à Justice League ce que le Joker est à Batman. Après avoir fait rencontré Batman et Superman (BATMAN V SUPERMAN), et pour concurrencer les Avengers de l’univers Marvel, DC décide de passer à la vitesse supérieure en commençant par SUICIDE SQUAD et en continuant avec JUSTICE LEAGUE en 2017.

Comme dans THE AVENGERS, la difficulté réside toujours dans la mise en place des personnages et de leurs différents pouvoirs et personnalités. Malheureusement, à ce niveau, SUICIDE SQUAD fait moins bien que son prédécesseur en restant dans un formalisme un peu plan-plan.

Ensuite, il faut trouver une histoire qui permette d’introduire l’équipe et son fonctionnement. Côté histoire, celle de SUICIDE SQUAD est suffisamment complexe et utilise pleinement les personnages et leurs histoires.

Evidemment le casting a un rôle majeur et à nouveau, le film offre un beau panel d’interprètes entre Margot Robbie, Will Smith, Jared Leto (MR. NOBODY, DALLAS BUYERS CLUB) ou encore Cara Delavingne (PAPER TOWNS et bientôt le VALERIAN de Besson). Bon bien sûr, comme dans les comics, c’est Harley Quinn (Margot Robbie) qui sort clairement du lot en psychiatre amoureuse dingue du Joker (Jared Leto) et qui donne le ton plutôt décalé à cette équipe de super vilains.

Malheureusement, tout cela ne donne pas vraiment un film homogène mais propose plutôt un doux mélange un peu fourre-tout où l’on retrouve aussi bien des relations amoureuses tumultueuses que des grands méchants ou encore des vilains repentis. Et même si on parvient à se prendre de sympathie pour ces vilains au grand coeur, la mayonnaise du récit ne prend pas vraiment et le film ne convainc pas totalement.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...