Equipe:
Durée: 101‘
Genre: Drame
Date de sortie: 17/03/2015
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Alice Howland est une brillante professeur de linguistique à l’Université de Columbia dans l’état de New York. Alors qu’elle donne une conférence à l’UCLA, elle a soudain une perte de mémoire inhabituelle pour elle...

Notre critique:

Avec cette femme linguiste qui tout d’un coup se voit atteinte d’une maladie terrible -un Alzheimer génétique précoce, très rare, les deux réalisateurs Richard Glatzer et Wash Westmoreland abordent un sujet délicat sans jamais tomber dans le mélodrame forcé. Ils tentent de démonter les rapports entre les personnages et d’étudier le comportement de ces derniers face à un événement hors norme.
Et l’histoire de cette intellectuelle qui tente de se prendre en main par son intelligence et qui essaye de gérer le côté génétique et familiale de la maladie est suffisamment édifiante tout en étant le genre d’histoire qu’Hollywood a aimé de tout temps.
Et lorsque c’est l’excellente Julianne Moore qui incarne l’héroïne blessée dans son âme et sa chair, les studios américains sont à la fête et son prix d’interprétation féminine aux Oscar en est la parfaite illustration.
On reprochera cependant que le manque d’ampleur du traitement restreint un peu trop ce qui aurait pu être une histoire franchement universelle et dont la portée aurait pu être plus symbolique et illustrative.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...