Titre français: Tel père, tel fils

Equipe: Hirokazu Koreeda, Machiko Ono, Masaharu Fukuyama, Yoko Maki
Durée: 120‘
Genre: Drame
Date de sortie: 17/12/2013
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Novembre. Keita intègre une nouvelle école. Il est le fils unique d’une famille aisée dont le père travaille dans une entreprise immobilière. Mais un beau jour, l’hôpital où est né Keita appelle la famille pour leur annoncer qu’un échange de bébés a eu lieu malencontreusement à la naissance... et que donc Keita n’est n’est pas leur fils...

Notre critique:

Sur une idée extrêmement simple d’échange de bébés (déjà vue dans bon nombre de films), Hirokazu Koreeda (AIR DOLL, STILL WALKING) dresse le portrait de deux familles que tout oppose. Niveaux sociaux différents, culture, éducation, autant de points qui les séparent et qui vont conduire à la confrontation lors de la découverte de l’erreur.
De ce dilemme autant pour les parents que pour les enfants, Koreeda tire une film en forme d’analyse approfondie et du coup un peu froid par moment, mais qui a le mérite d’explorer toutes les facettes de l’éducation et de l’intégration sociale. Entre différences génétiques et différences culturelles, les personnages se débattent autant entre eux que contre leur propre démon intérieur…
Prix du jury à Cannes en 2013, TEL PERE TEL FILS est bien dans la lignée des films du réalisateur japonais qui s’attache toujours à ses personnages et au noyau familial. Et même si l’émotion passe parfois plus difficilement, son dernier film vaut largement le déplacement en salle obscure.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...