Titre français: Voice of Silence

Equipe: Ah-In Yoo, EuiJeong Hong, Seung-ah Moon, Yoo Jae-Myung
Durée: 99‘
Genre: Drame policier, Thriller
Date de sortie:
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Tae-In et Chang-Bok sont une fois de plus appelés sur un chantier. Leurs "chantiers" sont d'un genre particulier: nettoyer les restes de tueries ou de tortures des truands. Mais cette fois en plus du travail habituel, le patron va leur demander un petit service en plus.

 

Notre critique:

Il est des métiers pas comme les autres. Et celui qu’exerce Tae-In et Chang-Bok est vraiment… différent. En tant que professionnels nettoyeurs de cadavres, ils sont souvent confrontés à des choses inhabituelles. Mais est-ce que faire du baby-sitting est une chose inhabituelle pour eux.

Raconté de cette façon, on s’attendrait à ce que VOICE OF SILENCE (SORIDO EOPSI dans son titre original) soit une sorte de gigantesque farce décalée de bout en bout qui suscite au plus l’hilarité la plus totale, au minimum un sourire au coin des lèvres. Mais en fait ce film coréen, présenté en avant-première belge au Brussels International Film Festival (le BIFFF), réalisé et scénarisé par une femme, Eui-Jeong Hong, est bien plus que cela.

Car ce scénario met en scène des personnages plus complexes et finalement beaucoup plus ambigus que de simples caricatures. Ils sont tous très typés et accentuent ainsi le ressort comique et le côté origina du propos. Chang-Bok par exemple n’est pas seulement le nettoyeur bavard que l’on voit tout d’abord, il est aussi celui qui a pratiquement élevé Tae-In comme son propre fils, lui donnant un travail (étrange et illégal il est vrai), Tae-In (interprété Ah-in Yoo qui a pris 15 kilos pour l’occasion)  a beau être muet, il a beaucoup à dire et surtout un coeur énorme qui fondra bien vite devant la gamine à garder.

Mais SORIDO EOPSI (Voice of Silence) n’est pas seulement qu’un thriller original, c’est aussi un film plein de tendresse et de sensibilité portées toutes deux par le duo du muet orphelin et de la petite fille riche et éduquée. La trouvaille scénaristique de rassembler ces deux-là dans leur voyage vers une forme d’indépendance est une excellente idée et l’émotion entre eux est palpable tout au long du film.

Avec ce nouveau film coréen, on a une fois de plus l’illustration parfaite que le cinéma de ce pays est décidément à suivre nous prouvant à chaque fois sa capacité à réinventer des histoires déjà vues ailleurs, que ce soit par le traitement visuel ou par le traitement scénaristique.

 

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...