Titre français: Breath

Equipe:
Durée: 84‘
Genre: Drame
Date de sortie: 11/03/2008
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Jang Jin, un condamné à mort, tente de se suicider dans sa prison. Après avoir vu à la télé l'annonce de cette tentative, une jeune femme sculpteur se rend la nuit à la prison comme pour s'y recueillir. Le matin, elle se présente à l'entrée pour rendre visite à Jang Jin en prétendant être son ex-épouse...

Notre critique:

Entre la femme délaissée, et surtout blessée, et le condamné à mort vont se tisser des liens invisibles d’autant plus forts qu’ils sont liés à des blessures encore ouvertes. Et la femme dont le couple bat de l’aile va renaître à la vie tandis que le condamné va reprendre goût à l’existence.

Avec sa sensibilité à fleur de peau, son talent pour narrer des histoires étranges et captivantes, Kim Ki-duk (BIN-JIP, THE ISLE ou encore PRINTEMPS, ETE, AUTOMNE, HIVER… ET PRINTEMPS) nous propose encore une fois une épure, un cinéma presque sans paroles, un cinéma où certains protagonistes sont invisibles (le chef de la prison, la maîtresse du mari) pour mieux mettre en valeur les personnages principaux.

Face au jeu très sensible de l’actrice principale Ji-a Park, qui apporte crédibilité à un personnage difficile, le réalisateur égrène les saisons de la vie en prélude à chaque rencontre entre la belle et le prisonnier. Il conduit son récit à nul autre pareil sans faillir, nous emmenant au bout de l’histoire d’amour et de vérité qu’il nous conte sans jamais nous ennuyer. A voir et, dans la foulée, n’hésitez pas à visionner le reste de l’oeuvre de Kim Ki-duk!

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...