Equipe: Ben Mendelsohn, John Maclean, Kodi Smit-McPhee, Michael Fassbender
Durée: 84‘
Genre: Western
Date de sortie: 18/11/2015
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

1870. Jay, 16 ans, a quitté son Ecosse natale pour retrouver Rose, celle qu’il aime, dans l’Ouest sauvage des Etats-Unis d’Amérique, Rose ayant dû quitter précipitamment l’Ecosse pour suivre son père en fuite après un homicide involontaire...

Notre critique:

Grand prix du Jury à Sundance, Grand Prix à Gand, décidément ce SLOW WEST plaît indéniablement! Et il faut dire qu’au-delà de son titre accrocheur (mais pas mensongé!), ce premier film de John Maclean a beaucoup d’atouts dans sa manche.

A commencer par un casting plutôt séduisant dans son opposition: un jeune acteur au physique plutôt singulier dans le rôle de Jay, Kodi Smit-McPhee (DAWN OF THE PLANET OF APES et prochainement X-MEN: APOCALYPSE) et un comédien au talent confirmé, Michael Fassbender (12 YEARS A SLAVE, PROMETHEUS, SHAME), dans le rôle du vrai cow-boy dur de dur. De cette opposition naîtra le caractère un peu décalé de l’ensemble…

Puis, bien sûr, c’est l’idée du positionnement du western dans un Ouest américain réaliste, peu glorieux, plus dans l’attente et la recherche que dans l’action, qui donne une grande partie de son intérêt à SLOW WEST, et qui lui confère aussi un côté un peu surréaliste, renforcé par le biais d’une mise en scène forte de certains moments oniriques. Et cela même si le final relève plus du drame dur que d’une forme de dérision cynique.

Par contre, c’est bien dans le titre du film que repose aussi une de ses faiblesses, car la notion de lenteur (slow) poussé parfois jusqu’à l’excès, rend le film parfois un peu soporifique alors que d’autres scènes sont tout à fait dynamiques et même particulièrement réussies.

Globalement, SLOW WEST est un film tout à fait intéressant qui aurait mérité un traitement plus homogène de bout en bout en conservant cette trame plus surréaliste et plus humoristique sur l’ensemble plutôt que de terminer sur une fin mélodramatique un peu en contradiction avec le fil conducteur du film.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...