Titre français: Pile & Face

Equipe:
Durée: 105‘
Genre:
Date de sortie: 13/10/1998
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Belle, active, intelligente et amoureuse d'un jeune romancier, Helen est une jeune femme apparemment comblée par la vie. Mais le jour où elle se fait remercier par son employeur s'annonce comme le début d'une débacle à la fois sentimentale et professionnelle. Elle prend le métro pour rentrer chez elle et là, sa vie se démultiplie. Et si Helen avait deux vies? Si l'une d'entre elles ratait son métro? En quoi cela changerait-il sa vie?

Notre critique:

Tout le monde a au moins une fois rêvé de pouvoir changer certains actes posés, comme un premier rendez-vous que l’on vient de planter… Si j’avais agi de telle ou telle manière, comment serait ma vie aujourd’hui? C’est sur cette idée presque commune à tout être humain que Peter Howitt a bâti son histoire. Si avoir une bonne idée est un élément primordial pour créer un film original, elle ne suffit pourtant pas pour tenir l’heure et demie qui constitue un long-métrage.

SLIDING DOORS est une fiction mi-figue mi-raisin. En dehors d’un point de départ prometteur, les histoires que vivent nos deux Helen sont excessivement banales. Pourtant, c’est dans ces banalités, ou plutôt dans le passage de l’une vers l’autre, que Peter Howitt s’avère ingénieux et asseoit sa maîtrise. Ses glissements de personnages sont subtilement amenés et sa réalisation franchement agréable.

Gwyneth tient deux fois l’affiche et reste toujours aussi vivante qu’un clafoutis (aux cerises). On retrouve avec joie John Hannah (le touchant homosexuel dans FOUR WEDDINGS AND A FUNERAL) qui, tout comme John Lynch (récemment vu dans le dernier film de Marion Hansël: THE QUARRY), fait preuve de punch et vivacité.

SLIDING DOORS est une petit divertissement agréable qui ne mange pas de pain et pourrait même vous faire un peu de bien. Alors, pourquoi vous en priver?

A propos de l'auteur

Journaliste