Titre français: Pénitence

Equipe: Hazuki Kimura, Kiyoshi Kurosawa, Kyôko Koizumi, Manatsu Kimura
Durée: 270‘
Genre: Drame
Date de sortie: 23/07/2013
Cotation: **** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Ueda au Japon. Dans une classe, l'institutrice accueille une nouvelle élève, venue de Tokyo: Emili Adachi. Son père est le nouveau directeur de la plus grande usine de la ville...

Notre critique:

Série télé en cinq épisodes, SHOKUZAI a été réarrangé en un film de quatre heures et trente minutes avec une interruption au milieu pour laisser au spectateur le temps de soulager sa vessie… Mais disons-le d’emblée, vu la qualité du suspens et de la mise en scène, le voir d’une traite n’aurait posé aucun problème!

Kiyoshi Kurosawa (qui n’a rien à voir avec Akira, si ce n’est peut-être le talent) est décidément un extraordinaire metteur en scène et conteur d’histoire. Il avait déjà réussi à nous surprendre avec des films d’horreurs comme KAIRO ou CURE, nous entraîner dans l’éclatement d’une famille japonaise avec TOKYO SONATA, le voici qui nous embarque dans une monumentale oeuvre de suspens que n’aurait certainement pas renié papa Hitch.

Au départ d’une histoire simple -4 petites filles sont témoins du crime d’une de leurs amies et sont condamnées par la mère de celle-ci à faire pénitence pour n’être pas intervenues-, Kurosawa brosse, en cinq chapitres, avec une fluidité et une maestria étonnante, un portrait de la société japonaise et de ses règles strictes, tout cela en nous balançant un thriller hallucinant.

La richesse des personnages, le talent des interprètes et les tournants du récit sont autant de cerises sur un gâteau que nous ne saurions trop vous conseiller d’aller voir toutes affaires cessantes. D’autant plus qu’avec la chaleur de cet été, 4h30 au frais dans une salle de cinéma, cela ne se refuse pas!

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...