Equipe:
Durée: 90‘
Genre:
Date de sortie: 08/10/2002
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Dans la Chine moderne, une ex-légende du football et un moine du célèbre temple de Shaolin montent une équipe qui possède des dons extraordinaires pour participer à un tournoi richement doté...

 

Notre critique:

Mais qui revoilou? Ce sont nos amis bridés et bondissants. Après l’héroïc-fanstasy, le sword and sorcerer, le polar, la bluette, l’Asie nous sert sur un plateau d’argent une vision du foot résolument allumée et totalement réjouissante.

On aurait pu croire – à tort- que le cinéma de Hongkong serait avili par le pouvoir en place depuis la rétrocession. Que du contraire, avec SHAOLIN SOCCER, Stephen Show démontre efficacement que le septième art made in là-bas est complètement revitalisé et arrive toujours à garder sa petite touche subversive…

De prime abord, SHAOLIN SOCCER est une joyeusement pochade gorgée d’effets spéciaux où les stars sont le ballon rond et de sautillants athlètes. A ce niveau, cette fiction est totalement ludique et ce, même si le scénario proprement dit ne casse pas un canard (laqué). Les effets spéciaux ne s’averrent pas qu’être spectaculaires, ils sont aussi des vertus comiques voire poétiques (Asie quand tu nous tiens!?). Le rythme est soutenu. Bref, le tout tourne impeccablement et les épousailles entre le Kung Fu et le Football réunissent les deux hémisphères de la planète. Mais ce joli succès (quasi-préprogrammé) n’a pas empêché le scénariste-acteur-réalisateur Show d’explorer avec un rien d’acidité une société qui marche avec le progrès en oubliant d’où elle vient.

Et le rafraîchissant dépaysement devient une peinture sociale sans pour autant oublier un des premiers objectifs du cinéma : le divertissement. Celui-ci est sans grande prétention mais fait mouche de par son approche exotique. Sympa!

 

A propos de l'auteur

Journaliste