Titre français: Lust, Caution

Durée: 158‘
Genre: Drame romantique
Date de sortie: 29/01/2008
Cotation: **** (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

Dans les années 1940, alors que le Japon occupe une partie de la Chine, la jeune étudiante Wong est chargée d'approcher et de séduire Mr Yee, un des chefs de la collaboration avec les japonais, homme redoutable et méfiant que la Résistance veut supprimer. Très vite, la relation entre Wong et Mr Yee devient bien plus complexe que ne l'avait imaginé la jeune femme.

Après un BROKEBACK MOUNTAIN américain largement couronné par la critique et le public, le réalisateur taïwanais Ang Lee (CROUCHING TIGER, HIDDEN DRAGON) revient vers l’Asie et ses racines en adaptant la romancière chinoise décédée voici environ dix ans, Eileen Chang.

Fresque historique d’espionnage du temps de la seconde guerre mondiale sur fond d’histoire d’amour complexe et sulfureuse, SE, JIE (dont la traduction est bien plus riche que le simple LUST, CAUTION, explique Ang Lee) est non seulement un énorme travail de reconstitution de cette époque à Shanghai mais aussi un remarquable récit riche et sophistiqué.

Démarrant avec une bande de jeunes gens idéalistes qui veulent se battre pour leur pays par le biais du théâtre et de la culture, le récit montre ensuite comment, faute de résultats, ils sombrent dans les actes terroristes contre le gouvernement en place qui collabore avec l’occupant japonais. S’attachant principalement à la jeune Wong Chia Chi, SE, JIE montre avec finesse et détails comment celle-ci s’engage dans un jeu de l’amour et de la séduction avec Mr Yee. Sorte de Mata Hari asiatique, la jeune fille, à l’instar de Mr Yee, ira jusqu’au bout de sa mission et de sa passion.

Ang Lee réussit le tour de force de filmer cette fresque en l’inscrivant dans l’Histoire et en s’attachant au détail de la passion qui habitent les deux protagonistes, passion-haine qui est la subtile métaphore de la guerre qui oppose la Chine et le Japon. Aux scènes de rue dans Shanghai, il oppose des scènes quasi pornographique entre le formidable Tony Leung (2046, INTERNAL AFFAIRS) et la fragile mais décidée Wei Tang (dont c’est le premier rôle au cinéma) dans une expérience cinématographique intense qui lui a d’ailleurs valu le Lion d’Or à Venise… Du grand cinéma à ne manquer sous aucun prétexte!

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou … extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains…