Equipe:
Durée: 100‘
Genre:
Date de sortie: 29/08/2000
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

1794. La Terreur. Une des périodes les plus sanglantes de la révolution. Robespierre impose un pouvoir puritain dans lequel le Marquis de Sade, chantre de l'athéisme et du libertinage, n'a pas sa place, même en prison. Cependant, grâce à sa maîtresse Marie-Constance Quesnet qui offre ses charmes à Fournier, un proche de Robespierre, Sade se retrouve pour quelques temps dans une maison de santé - prison pour aristocrates. Là, il fait la connaissance de la jeune et toujours vierge Emilie de Lancris...

Notre critique:

Episode de la vie du divin Marquis, SADE de Benoît Jacquot ne s’appesantit pas sur le côté sulfureux du personnage, mais bien sur l’homme qui a passé le plus clair de son temps en prison car son esprit de liberté était un affront à tous les régimes. Jacques Fieschi, scénariste de quelques Sautet ou des NUITS FAUVES, éclaire cette fin de siècle avec retenue et finesse. Mais peut-être que la retenue ne sied pas à un homme comme Sade car le film, dont le climat de tension sociale est savamment dosé, ne parvient pas à provoquer une réelle empathie avec les personnages.

L’interprétation est à la hauteur du projet historique : Daniel Auteuil fait un Sade probable, torturé, tandis que Marianne Denicourt (sa compagne à la ville), en maîtresse ‘sensible’, joue de ses charmes avec bonheur. On retrouve aussi Grégoire Colin (BEAU TRAVAIL), qui, décidément, à la cote en ce moment.

Dommage que l’on ne parvienne pas à complètement se prendre au jeu !

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...