Titre français: Les Sentiers De La Perdition

Equipe:
Durée: 120‘
Genre:
Date de sortie: 10/09/2002
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Notre critique:

Revenons quelques instants sur la perle de cette année musicale: THE ROAD TO PERDITION, composée par un Thomas Newman impeccable de sobriété. Nous sommes tous d’accord! Après la consécration d’AMERICAN BEAUTY, et le renouveau de son score, le compositeur Thomas Newman avait volé la vedette au réalisateur Sam Mendes dans les milieux « es-bandes originales ». Tout le monde s’accordait pour souligner la richesse du travail composé et patati et patata… Ben voilà, maintenant il faudra compter avec le score de THE ROAD TO PERDITION. Plus classique que les dernières compositions de la nouvelle star de la BOF, les plages du cd réservent néanmoins quelques superbes surprises. Et les perles musicales de s’enfiler les unes dernières les autres… Les partitions sont bien assisses, leurs constructions impeccables et l’émotion n’est jamais soldée. Outre le fait d’étaler quantité de thèmes différents, gages de l’ampleur du travail fourni, l’ensemble garde une cohérence parfaite et une progression dramatique intense où les cordes et piano sont à l’honneur. Reste le très enthousiasmant ‘Dirty Money’, morceau qui à lui seul motiverait l’achat de cette remarquable bo.

A propos de l'auteur

Journaliste