Equipe:
Durée: 108‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 25/01/2011
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Printemps 86. La ville de Courquain, petit poste frontière entre la France et la Belgique, apprend que d'ici sept ans, Europe oblige, la douane disparaîtra...
Et sept ans plus tard, au moment du réveillon de fin d'année, alors que les commerces frontaliers ferment les uns après les autres, Ruben Vandevoorde et Bruno Vanuxem sont encore de garde au poste de douane...

Notre critique:

Après le succès publique immense de BIENVENUE CHEZ LES CH’TIS, le nouveau film de l’homme orchestre Dany Boon était attendu avec une impatience évidente! Et voici donc venu le temps de jeter un oeil sur ce RIEN A DECLARER…
Si l’on s’arrête au sujet, on se rend compte que Dany Boon n’a pas voulu se couper d’une recette qui a fait ses preuves. Et l’on retrouve donc toutes les composantes qui ont fait le grand succès des CH’TIS: à l’opposition Nord-Sud succède l’opposition franco-belge, aux fonctionnaires des postes succèdent les fonctionnaires des douanes, à Bergues succède Courquain, et l’on pourrait continuer très loin les analogies entre les deux films…
Est-ce à dire que ce deuxième film n’est rien de plus qu’une copie conforme du premier? Non bien sûr, mais les similitudes trop flagrantes sentent un peu la redite et l’on espère que Dany Boon nous prouvera dans ses prochains films qu’il est bien le digne fils d’un Gérard Oury! Car il y a de cela dans cet homme multiple qui réussit formidablement à renouer avec les comédies françaises des années 60 (on pense au CORNIAUD, à LA GRANDE VADROUILLE) s’entourant peu à peu d’une troupe de comédiens fidèles et jouant sur des thèmes chers au public qui souhaite se divertir.
Opposant avec délectation bêtise et instruction, grandes gueules et coeurs tendres, le film fonctionne plutôt bien, et à l’exception de cette trop grande analogie avec les CH’TIS, on continue malgré tout à rire et à sourire avec plaisir face à la monstrueuse composition d’un Poelvoorde nationaliste à l’extrême, à la tendresse naïve d’un Dany Boon ou au crétinisme congénital d’un François Damien

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...