Equipe: Guy Ritchie, Jason Statham, Luc Besson, Ray Liotta, Vincent Pastore
Durée: 115‘
Genre: Drame policier
Date de sortie: 08/11/2005
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Jack Green sort de prison. 2 ans plus tard, devenu un joueur imbattable, Jake descend jouer dans le casino de son ex-patron, Monsieur Macha, Il gagne un paquet mais s'effondre en sortant, victime d'un malaise. Après examen médical et analyse, il apprend de la bouche de son médecin qu'il n'a plus que trois jours à vivre...

 

Notre critique:

Il nous avait vraiment bluffé avec son LOCK, STOCK AND TWO SMOKING BARRELS inventif, intelligent, mais il nous avait moins surpris avec un SNATCH déjà plus convenu, copie de son premier long… Il, c’est Guy Ritchie, plus connu du grand public pour son mariage avec Madonna que pour ses métrages.

Avec REVOLVER, Ritchie confirme hélas toute la superficialité scénaristique qu’on lui prêtait depuis SNATCH et nous noie presque d’emblée dans un fatras de pistes en nous berçant doucettement de la voix off profonde et grave de Jason Statham (TRANSPORTER 1 et 2), devenu depuis LOCK, STOCK… son acteur fétiche.

Décors kitsch et intemporels, montage parallèle à outrance, flashs backs et flashs forwards tentant de rythmer le film, passages en animations, tout cela contribue à une saturation visuelle qui cache le gouffre absolu d’un scénario aussi clair qu’une nuit sans lune. On a l’impression que Guy Ritchie a voulu noyer le poisson afin de donner à son film un semblant de mystère qu’il n’a pas réellement. Et même si le Sam Gold évoqué dans le film ressemble furieusement au Keyser Soze de USUAL SUSPECTS, on est loin du compte.

Résultat? L’ensemble du film laisse une impression visuelle forte confirmant une certaine maîtrise de la caméra et du montage mais donne au pauvre spectateur le sentiment de n’avoir rien compris… Rassurez-vous, il n’y a rien à comprendre…

 

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...