Equipe: Charlotte Rampling, Francis Lawrence, Jennifer Lawrence, Jeremy Irons, Joel Edgerton, Justin Haythe, Mary-Louise Parker, Matthias Schoenaerts
Durée: 139‘
Genre: Film d'espionnage
Date de sortie: 28/02/2018
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Dominika est danseuse étoile au Bolchoï. Mais elle est aussi le soutien de sa mère malade qu’elle accompagne souvent à l’hôpital et qu’elle aide dans sa vie de tous les jours. Malheureusement, lors d’une représentation, son partenaire masculin lui casse gravement la jambe et met fin à sa carrière rendant impossible la possibilité de subvenir aux besoins de soins de sa mère.

Notre critique:

Basé sur le roman éponyme, premier d’une trilogie, de Jason Mathews, un ex de la CIA, RED SPARROW se positionne comme un film d’espionnage mais aussi comme un film de vengeance, une vengeance froide que son héroïne interprétée par Jennifer Lawrence (MOTHER!, PASSENGERS, X-MEN: APOCALYPSE) distillera pendant plus de deux heures.

Il n’est doublement pas surprenant de voir Jennifer Lawrence en tête d’affiche puisque c’est Francis Lawrence (aucun rapport de parenté) qui réalise le film, mais qui a aussi réalisé deux opus de THE HUNGER GAMES dans laquelle l’actrice tenait le rôle titre. Après MOTHER! et JOY, il semble que la jeune actrice de 27 ans, favorite d’Hollywood, s’attaque désormais à des rôles plus “adultes”.

Red Sparrow

Même si l’on est dans l’espionnage plus bavard que le pur film d’action, ce RED SPARROW reste entre ATOMIC BLONDE et TINKER TAYLOR SOLDIER SPY. On est cependant plus proche d’un John Le Carré que d’un Robert Ludlum au niveau espionnage. Très simple dans son déroulement, assez linéaire dans la mise en place de son récit, le film joue principalement sur le côté arme sexuelle des “red sparrows” faisant la part belle au charme indéniable de Jennifer Lawrence mais aussi sur le côté relativement pervers des situations (l’école des “sparrows”, le comportement quelque peu inapproprié de l’oncle envers sa nièce, etc).

Enchaînant trahison sur trahison, jouant sur la notion d’agent double et de retournement de veste, RED SPARROW ne met pas l’accent sur un scénario d’une subtile intelligence mais profite à fond du jeu plutôt bon de Lawrence et de ses partenaires, Matthias Schoenaerts (LE FIDELE), Jeremy Irons (JUSTICE LEAGUE, BEAUTIFUL CREATURES) , Charlotte Rampling (HANNAH) ou Joel Edgerton (IT COMES AT NIGHT).

Bon divertissement qui repose essentiellement sur la présence de Jennifer Lawrence dans le rôle-titre, RED SPARROW aurait peut-être gagné à être mis en scène par un réalisateur plus apte à mettre en scène les perversions de l’âme humaine en matière d’espionnage. Darren Aronofski avait été pressenti pour ce rôle en 2013, dommage que cela ne se soit pas concrétisé…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...