Equipe:
Durée: 115‘
Genre: Drame
Date de sortie: 13/01/2015
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un anglais natif de Londres né pendant la 2e guerre mondiale s’engage dans les forces armées pour faire la guerre contre la Corée.

Notre critique:

Cela faisait 9 ans depuis le film THE TIGER’S TAIL -qui n’est pas sorti chez nous- que John Boorman, 82 ans, n’avait plus produit, écrit ou réalisé un long métrage de cinéma. Ce QUEEN AND COUNTRY est donc un événement en soi.
Mais ce n’est pas le seul événement attaché à ce film puisque ce dernier est la suite de HOPE AND GLORY (1987), film du même Boorman, semi-autobiographique qui racontait les aventures du jeune Bill à Londres pendant la 2e Guerre Mondiale.
Après guerre, Bill se retrouve engagé dans les nouveaux conflits qui occupent l’Angleterre à ce moment-là. Et c’est ce parcours semé d’humour et de drame que raconte Boorman dans ce QUEEN AND COUNTRY.
Traitement original, souvent décalé, humour à la Chaplin, le récit est d’abord une critique amusante de l’entraînement des jeunes recrues avant que de sombrer plus dans le drame et la tristesse en s’attachant aux conflits internes de l’armée.
Parfois très théâtralisé dans sa mise en scène ou même dans le jeu des acteurs, QUEEN AND COUNTRY est un film un peu en dents de scie, au rythme inégal mais qui malgré tout mérite le visionnement pour le plaisir de voir ce nouveau John Boorman. 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...