Titre français: Des Monstres et Des Hommes

Equipe:
Durée: 93‘
Genre:
Date de sortie:
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Dans le Saint-Pétersbourg de ce début de siècle, une nouvelle criminalité se développe: la vente de photographies érotiques! Femmes flagellées et fesses dénudées: Johann vend ses photos à prix d'or aux bourgeois de la ville. A force de les côtoyer, il finit par les pervertir et provoque leur perte. Il plonge dans le vice la jeune et douce Lisa, fille d'un fortuné ingénieur des chemins de fer, et transforme en attraction Kolya et Tolya, les jumeaux siamois adoptés par le docteur Stasov.

Notre critique:

Etrange film, étrange univers que celui d’Alexeï Balabanov. Les plus curieux d’entre vous l’auront peut-être découvert à travers BRAT, projeté cette année dans le cadre de l’Ecran Total. DES MONSTRES ET DES HOMMES nous immerge dans un Saint-Pétersbourg décalé dans le temps… et dans son atmosphère! Balabanov dépeint une ville fantôme, peuplée de bandits coiffés de chapeaux noirs qui pervertissent les enfants de riches et s’accaparent leurs luxueux appartements.

Voici un film de contraste (il est d’ailleurs tourné en sépia) qui, sous prétexte d’étaler toutes les dépravations de l’âme humaine, met en exergue les sentiments contradictoires qui tiraillent l’homo erectus. Au-delà donc d’une imagerie choquante et d’une immoralité trop aiguë pour être jouissive, DES MONSTRES ET DES HOMMES nous offre de nombreuses voies de méditation sur nous-mêmes.
Balabanov joue sans cesse sur une esthétique soignée, n’hésitant pas à ponctuer son mélodrame effroyable d’images d’une sublime poésie. Son cadrage et son montage s’ingénient à mimer le cinéma muet, dont on assiste ici à la naissance. DES MONSTRES ET DES HOMMES est aussi une formidable réflexion sur le pouvoir (maléfique) de l’image et sur ce qu’elle deviendra plus tard: le cinéma.

En résumé, même si la réputation qui précède le film est loin d’être usurpée -c’est effectivement une oeuvre bizarre, provoquante et immorale-, sa qualité et son ingéniosité méritent que vous vous déplaciez.

A propos de l'auteur

Journaliste