Titre français: La Possession

Equipe:
Durée: 103‘
Genre:
Date de sortie: 26/11/2002
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Alors qu'ils enquêtent tous les deux sur l'amour caché un célèbre poète du 19e siècle, Maud, une anglaise pur jus, et Roland, un américain en stage d'étude, se rencontrent. D'abord méfiants, ils vont très vite se rapprocher et se rendrent compte de l'attirance qu'ils ont l'un pour l'autre. A l'image de ce couple d'amants du 19e siècle qu'ils cherchent à mieux connaître, Roland et Maud s'aimeront...

Notre critique:

Sur le thème déjà rabattu, revu et corrigé de « nous-nous-aimons- parce-qu’ils-s’aimèrent-il-y-a-des-siècles », Neil LaBute, le réalisateur du cynique et amusant NURSE BETTY, nous brosse un film de facture classique, arrondi aux angles pour appuyer encore plus la double histoire d’amour et le côté romantique du sujet. Le parallèle entre l’époque victorienne et la nôtre illustre parfaitement le talent de metteur en scène de LaBute, et l’on sent que tout a été pensé autour de cet axe en oubliant quelque peu le reste du récit (ou du moins des deux récits). On sent la bluette à plein nez avec son côté prévisible et répétitif même si la qualité est au rendez-vous.

Bien sûr, Gwyneth Paltrow (SHAKESPEARE IN LOVE, GREAT EXPECTATIONS) est comme à l’accoutumée parfaite dans son personnage de fille charmante et enjouée, romantique à souhait et vaut à elle seule le plaisir de voir cette romance. Son couple avec Aaron Eckhart (ERIN BROCKOVICH, NURSE BETTY) passe bien et fera le bonheur des dames du patronage. Mais bon, tout cela, est-ce vraiment suffisant pour conduire les foules au cinéma ou même pour intéresser les amateurs inconditionnels du 7e art?

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...