Equipe: Antonia San Juan, Najwa Nimri, Ramón Salazar, Vicky Peña
Durée: 136‘
Genre: Chronique
Date de sortie: 02/12/2003
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le destin de cinq femmes va s'entrecroiser. Adela, Leire, Marie-Carmen, Anita et Isabel sont seules ou presque... La recherche du bonheur, leurs désirs de femmes vont les faire se croiser et entremêler leurs destinées.

Notre critique:

En prenant comme système de référence le pied et la chaussure, le réalisateur espagnol Ramon Salazar, pour son premier long métrage, aborde la femme presque de façon fétichiste. Mais très vite, le système de référence se transforme en liaison entre les destinées, en fil d’Ariane entre les rêves et les désirs de chacune, faisant passer le spectateur de destin en destin sans qu’il s’en rende compte.

En choisissant des femmes à problèmes, Salazar explore l’imaginaire féminin d’un point de vue particulier. Et force est de constater que son illustration révèle un imaginaire des femmes presque infini dont les hommes ne peuvent admirer que les ramifications terrestres que le sexe dit ‘faible’ veut bien leur faire partager. Il renforce le côté irréel et rêvé en illustrant des moments, des tranches de vie par des chansons d’origine diverses et variées (même Brel est de la partie!).

Si le jeu des interprètes est parfois un petit peu théâtral (notamment les rôles de Leire et son ami dealer), les cinq actrices sont absolument remarquables, passant de la drôlerie à la sensibilité avec une aisance étonnante. Elles servent toutes le film avec conviction et bonheur, lui donnant la touche de séduction qui ne manquera pas de plaire aux spectateurs…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...