Equipe:
Durée: 123‘
Genre:
Date de sortie: 03/09/1996
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Frappé par une lumière le jour de son anniversaire, George Malley (John Travolta) voit sa vie changer du tout au tout. Il passe ses nuits à feuilleter des dizaines de livres et à concevoir des expériences scientifiques géniales. Tant et si bien que son cerveau attise la convoitise des scientifiques et éloigne ses amis, même Nate (Forest Whitaker), son plus proche compagnon.

Notre critique:

Le soleil se couche paisiblement sur la campagne californienne. George poursuit le lapin qui décime son potager. Les premières images de PHENOMENON concentrent les ingrédients du film: couleur, simplicité et Travolta. rn

C’est avec beaucoup de subtilité et de sensibilité que John Turteltaub (COOL RUNNINGS et WHILE YOU WERE SLEEPING) nous entraîne dans les coulisses du génie. L’histoire aborde le thème de la différence et de son rejet, comme dans ELEPHANT MAN, à ceci près qu’il inverse les valeurs. Là où c’est le laideron débile qui est rejeté par la société, cette fois c’est le génie salvateur qu’on accuse de tous les maux. En outre, le scénario développe un point de vue original: l’intelligence, qui dans la plupart des films est synonyme de froideur, de calcul et d’insensibilité, se met au service des autres, voire de la société toute entière. George est un personnage qui place l’amitié et l’amour avant lui-même. Il vit à travers le bien qu’il répand autour de lui, et ce jusqu’au bout. Grâce à la relation amoureuse qu’il noue avec Lace (Kyra Sedgwick), elle redécouvre cette sensation enivrante d’exister pour un autre. rn

PHENOMENON est optimiste, une qualité bien rare dans la production des années ’90. Il parle d’amour avec tendresse, de la mort avec force et espoir. Malgré un scénario chargé de péripéties, le film reste centré sur les relations humaines. Il pose la question du but de l’homme dans sa vie, et y répond d’une certaine manière. Les images sont superbes. Le tournage a eu lieu dans l’Amérique rurale, qui offre des points de vue magnifiques et touchants parce qu’ils sont proches de ce que nous connaissons. A chaque personnage est associé une couleur. Tout au long du film, celles-ci se mélangent en un crescendo poétique habilement orchestré. rn

Travolta explose littéralement. Ce rôle lui va comme un gant. Il interprète George avec un naturel et une facilité déconcertante. Il est à l’opposé des sinistres individus qu’il jouait dans ses derniers films (PULP FICTION, BROKEN ARROW et GET SHORTY), et c’est bien mieux ainsi! Pour ne rien gâcher, il est entouré d’une kyrielle d’acteurs connus. Kyra Sedgwick (BORN ON THE FOURTH OF JULY), Forest Whitaker (SMOKE) et Robert Duvall (M*A*S*H) pour ne citer qu’eux. rn

PHENOMENON, un film parfait? Oui.
PHENOMENON, un film à voir? Soyons plus mitigé. Il existe quand même une raison de changer de salle. Vous le savez peut-être, Travolta est une des têtes de proue de l’église scientologique. On comprend alors mieux son enthousiasme à incarner un messie scientifique, sorte de Jésus dont la mission sur Terre est d’aider le peuple par la science. Même si la vision d’un film doit être objective, il y en a que ce rapprochement dérange. Moi, par exemple.

A propos de l'auteur

Journaliste