Equipe: Daniel Day-Lewis, Lesley Manville, Paul Thomas Anderson, Vicky Krieps
Durée: 130‘
Genre: Drame romantique
Date de sortie: 14/02/2018
Cotation: **** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Reynolds Woodcock, grand couturier à Londres dans les années 50, est un homme exigeant, pointilleux, et tyrannique. Sa vie réglée comme une horloge est bouleversée lorsqu’il tombe amoureux d’Alma, une jeune femme volontaire qui devient rapidement son amante, sa muse, sa petite-main.

Notre critique:

Minutieux, détaillé, pointu pourraient être non seulement les adjectifs qui s’appliquent au personnage principal de ce PHANTOM THREAD mais aussi ceux qui qualifient le mieux Paul Thomas Anderson (PUNCH-DRUNK LOVE, THE MASTER), le réalisateur de ce petit bijou.

L’auteur de THERE WILL BE BLOOD apporte en effet comme à son habitude un soin extrême à sa mise en scène jusque dans les moindres détails, combinant à merveille le talent de ses deux interprètes Daniel Day Lewis (qui a annoncé à cette occasion que c’était son dernier rôle au cinéma) et Vicky Krieps (THE YOUNG KARL MARX), pour composer un film à tiroirs, révélant peu à peu le sens profond d’un amour fou.

Phantom Thread

Composé à la façon d’un film gothique, PHANTOM THREAD est bien véritablement une oeuvre en forme de poupées russes. Au plus le spectateur avance dans le film au plus il se rend compte de la complexité des personnages et de leur univers. Si, au premier abord, Reynolds est clairement présenté comme un tyran qui dévore les femmes pour les besoins de son art/métier, peu à peu, Alma, la muse, va se révéler celle qui peut lui tenir tête, allant jusqu’à l’entraîner dans une relation amoureuse sado-masochiste complexe.

Cet amour fusion, transcendé par les deux personnages, va devenir le sujet central de PHANTOM THREAD qui, sous la baguette méticuleuse de Paul Thomas Anderson, en explore la mécanique sans jamais tomber ni dans le voyeurisme ni dans la répétition, adaptant au fur et à mesure la mise en scène pour qu’elle serve toujours une narration parfaitement fluide et cohérente.

Du très grand art au service du cinéma par un des plus grands réalisateurs contemporains!

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...