Equipe:
Durée: 101‘
Genre:
Date de sortie: 16/02/1999
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un voleur sans scrupule (et sans prénom), Porter, dérobe, avec l'aide de sa femme Lynn et de son associé minable Val Resnick, 130.000 dollars à des mafieux chinois. Au moment du partage, Porter est doublé par son comparse, et sa femme, de mèche, lui tire dessus, le laissant pour mort. Mais Porter gagnera son combat contre la faucheuse et viendra chercher son dû: 70.000 dollars.

Notre critique:

Soufflant. C’est le premier mot qui vient certainement à la bouche (souriante) du spectateur lorsqu’il sort de la vision de PAYBACK. Pris en permanence dans le rythme endiablé du film et dans un humour très noir, on ne peut s’empêcher de se laisser emporter dans l’action de ce thriller brillamment adapté et mis en scène par le scénariste de L.A. CONFIDENTIAL, Brian Helgeland. Un reproche: le foisonnement de références (les frères Coen, Tarantino et le pulp en général) risque de perdre certains spectateurs.

Côté interprétation, Mel Gibson entre ici dans la peau d’un personnage plus noir, plus désespéré que son héros de LETHAL WEAPON, très à l’image d’un super-(anti)héros de Comics américain (on pense notamment à THE CROW ou THE SHADOW).

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...