Titre français: Paradise: Love

Equipe:
Durée: 120‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 08/01/2013
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Teresa quitte son Autriche natale pour passer des vacances "all inclusive" au Kenya avec en tête de faire surtout du tourisme sexuel dans un pays où les 'sugar mamas' sont légion...

Notre critique:

Premier film d’un tryptique qui abordera les destins de trois femmes réalisé par l’autrichien Ulrich Seidl, PARADISE: LIEBE se consacre donc à l’étude du tourisme sexuel en Afrique au travers d’un personnage on ne peut plus banal, Teresa, coeur solitaire, qui cherche comme beaucoup l’amour et qui confond celui-ci avec le commerce de la chair…
Filmé façon reportage, PARADISE: LIEBE se veut très proche d’un documentaire et use d’un traitement lent pour enfoncer crument le clou là où cela fait mal. Clairement à charge contre les pseudo-touristes, le film montre le racisme, l’irrespect au travers de certaines scènes presque insupportables (comme la soirée d’anniversaire) et ne trouve visiblement aucune excuse au comportement répugnant de ces femmes, sorte de relent colonialiste et esclavagiste au 21e siècle.
Le récit illustre aussi parfaitement le ridicule et le factice de toutes ces relations établies sur le seul critère économique entre femmes de pays industrialisés et hommes du tiers-monde. Aucune relation durable n’est, pour le réalisateur, possible dans ce schéma néo-colonial…
Comme on pouvait s’y attendre, le traitement particulièrement crû du sujet gomme pratiquement toute trace émotionnelle ou sentimentale, rendant paradoxalement moins forte la démonstration sous-tendant tout le récit.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...