Equipe:
Durée: 108‘
Genre:
Date de sortie: 23/04/2002
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Meg Altman vient de divorcer et a obtenu la garde de sa fille Sarah. A la recherche d'une nouvelle maison, Meg se décide pour une superbe demeure à New-York, dans laquelle l'ancien propriétaire avait fait aménager une 'Panic room', une pièce secrète permettant de se protéger des voleurs. D'abord sceptiques quant à l'usage d'une telle pièce, Meg et Sarah vont vite se rendre compte de son utilité lors de la visite de trois malfrats... Mais est-ce une pièce sûre ou un tombeau?

Notre critique:

Comme à son habitude, David Fincher (SE7EN, FIGHT CLUB) utilise une situation extrême (ici l’enfermement dans une pièce close) pour développer les relations conflictuelles humaines et analyser les réactions en fonction d’un passé ou d’un niveau social particuliers. Avec une maestria indéniable, il enveloppe le film d’une atmosphère tendue, oppressive. Hommage clair au grand Hitchcock, avec des mouvements de caméras rappelant quelques grands plans séquences du maître du suspens (notamment lors de l’arrivée des cambrioleurs), PANIC ROOM fait aussi référence au film gothique en utilisant un espace clos comme unité de lieu…

Capable du meilleur, c’est David Koepp (CARLITO’S WAY ou SNAKE EYES) qui signe un scénario sans moments faibles même si il ne s’agit pas d’un scénario aussi original que ceux des films précédents de David Fincher. Tout en reconnaissant à Koepp du talent dans la mise en place du suspens, on soulignera parfois un manque d’inventivité à partir de l’idée de base et une certaine prévisibilité (le retournement de situation après plus 80 minutes de film en est un bon exemple).

En tout cas, ni Fincher ni Koepp n’ont dû être sponsorisés par un fabricant de ‘Panic Room’ mais j’espère pour eux qu’ils l’ont été par une firme pharmaceutique vendant des calmants: car stress, frissons et anxiétés sont au rendez-vous!

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...