Titre français: En Eaux Profondes

Equipe:
Durée: 80‘
Genre: Suspense
Date de sortie: 09/11/2004
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Daniel et Susan prennent enfin des vacances bien méritées. Drogués au travail, ils sont heureux de se retrouver enfin au soleil des plages de sable blanc. Lors d'une séance de plongée en haute mer, et à cause d'une erreur de comptage, les deux jeunes se retrouvent seuls en pleine mer...

Notre critique:

Filmé façon documentaire, entre un BLAIRWITCH et un DEAD CALM, OPEN WATER propose les images les plus banales possibles, sans reliefs et sans couleurs affriolantes pour mieux noyer le poisson… (c’est le cas de le dire) et nous faire ainsi croire à la réalité de l’événement.

Qu’il soit inspiré d’une histoire vraie (ou de multiples histoires vraies) ou non n’est évidemment pas ce qui importe. C’est plutôt la tension dramatique qui naît d’un événement somme toute banal -lisez: qui pourrait nous arriver à tous- qui nous fait frémir. Nous avons tous été victimes un jour ou l’autre de négligences. Mais elles ne portent pas toujours à ce type de conséquences.

Et tenir le spectateur en alerte avec deux personnes au milieu d’une étendue d’eau assez uniforme reste une gageure qu’a su très bien relever le réalisateur et scénariste Chris Kentis. Après nous avoir baladé sur les traces de son couple ‘très-comme-tous-les-couples’ sur terre, il nous les envoie en pleine mer au milieu des requins, des méduses, du froid, de la nausée et de toutes ces petites tracasserie qui rappelle à l’humain que son milieu de prédilection n’est certes pas la mer… Et, à l’instar d’un BLAIRWITCH, il ne nous montre pas grand-chose, nous laissant dériver jusqu’à la surprise finale.

En jouant sur un fond sonore angoissant, sur la présence de forces plus cachées (méduses, requins) que visibles et sur deux interprètes tenant très bien leur rôle, OPEN WATER réussit à prendre le spectateur non pas dans une peur à la JAWS mais plutôt dans une atmosphère oppressante et dérangeante indéniable.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...