Equipe:
Durée: 150‘
Genre: Drame
Date de sortie: 09/12/2014
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

A l’orée du 19e siècle, le peintre Joseph Mallord William Turner rentre chez lui en Angleterre après avoir fait le plein de croquis sur le continent. Il retrouve son atelier, son père William, et sa bonne avec qui il entretient une liaison...

Notre critique:

MR. TURNER est bien loin du portrait biographique traditionnel, non pas par son scénario, mais bien par sa mise en scène et par le jeu de son acteur principal. Car le réalisateur et scénariste Mike Leigh n’a pas son pareil lorsqu’il s’agit de brosser des portraits. Toute sa carrière, remplie de films toujours fins et subtils (SECRET AND LIES, NAKED, VERA DRAKE) a montré son goût particulier pour l’étude de personnages dont il arrive toujours a faire ressortir l’humanité et l’émotion.
Et comme presque toujours chez Leigh, ce sont les petits moments de la vie et de l’intime qui viennent enrichir l’histoire dans sa globalité et éclairer l’étude d’une époque charnière. Son personnage central se retrouve ainsi brossé plus par une immersion dans son quotidien que par une simple biographie qui aurait certainement été ennuyeuse et probablement approximative.
Comme tout biopic, celui-ci repose bien évidemment sur la performance d’un acteur, Timothy Spall (HARRY POTTER, THE KING’S SPEECH), qui s’est vu récompensé par le prix d’interprétation masculine à Cannes en 2014 pour ce film. Et il est vrai que la prestation complexe et tout en névroses de cet extraordinaire acteur anglais mérite à elle seule le déplacement en salles obscures, histoire d’en apprendre en même temps un peu plus sur un peintre moins connu dans nos contrées.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...