Equipe:
Durée: 92‘
Genre:
Date de sortie: 03/09/2002
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Claire et Alex sont mariés depuis quelque temps déjà. Suffisamment de temps déjà pour que l'habitude ait déjà remplacé l'amour dans le couple. Le silence s'est installé entre eux jusqu'au jour où Alex, un soir de beuverie solitaire, commande sur Internet une fille de rêve... en silicone moulé...

Notre critique:

Sur le thème du couple en pleine crise de la quarantaine, Valérie Guignabodet nous entraîne dans un récit mi-fable mi-réalité dans lequel la poupée de silicone fait office de catalyseur des émotions et de détonateur de la communication. Écrit et réalisé par une femme, MONIQUE n’évite pas, loin s’en faut, tous les écueils machistes du propos. On pourrait presque dire que les femmes y ont le plus mauvais rôle!
Valérie Guignabodet réinvente en quelque sorte la femme objet en la poussant dans sa plus extrême caricature et en montrant que c’est peut-être la dernière solution pour sauver les couples modernes de la débâcle. D’aucuns se poseront certainement la question du sens d’une telle assertion dans la caméra d’une femme…

Peu de dialogues, une introspection par l’image et le jeu des acteurs donnent évidemment une grande importance à la composition des interprètes et surtout à celle d’Albert Dupontel qui doit traduire l’ensemble de ses émotions et de celles de Monique… Il assure superbement bien à coups de sourires ambigus et d’oeillades appuyées.

On regrettera globalement les nombreux clichés qui émaillent le film ainsi que le moteur classique qui sous-tend l’ensemble du film: tout revient toujours à un manque de communication dans le couple… Finalement, le 21e siècle n’y a rien changé !

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...