Equipe:
Durée: 125‘
Genre: Film d'action
Date de sortie: 18/11/2008
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

1973. Mesrine est au commissariat, menotté et l'on prend sa déposition. Il raconte alors par le menu ses casses avec son copain Michel Ardouin. Il reconnaît les braquages et les homicides et est transféré à Compiègne...

Notre critique:

Après un premier volet servant plutôt d’introduction au grand bandit Mesrine, à son passé, son passif et peut-être des embryons d’explications sur son présent, ce deuxième opus, MESRINE; L’ENNEMI PUBLIC NUMERO 1 se la joue cette fois dans la densité du personnage et dans une action plus omniprésente.

Les contradictions sont plus présentes, plus fortes aussi… Jean-François Richet travaille sur tous les niveaux du personnage: il montre que Mesrine reste un homme et même un fils (scène avec son père à l’hôpital) et que si son côté pile -genre Robin des Bois- plaît au public, son côté face, un violent instinctif, hâbleur, est loin d’être reluisant.

Utilisant les médias pour satisfaire sa soif de reconnaissance, ayant une chance insensée dans des actes pas toujours très malins et rarement réfléchis, Mesrine se laissera entraîner dans un leurre politique par un Charly Bauer (Gérard Lanvin avec un accent du sud à couper au couteau) qui tentera de le persuader que ses actes sont politiques et à la hauteur d’une bande à Badder ou des brigades rouges. Mais Mesrine ne sera jamais qu’un truand dangereux avec des fréquentations toutes plus dingues et dangereuses les unes que les autres: François Besse (un Mathieu Amalric toujours aussi génial), Michel Ardouin (Samuel Le Bihan en masse de muscles type ‘porte-avions’), …

Sa fin en forme d’exécution planifiée ressemblera à sa vie: un acte de violence à l’état brute, instinctif, une sorte de crachat à la face de la société qu’il haïssait et aimait en même temps…

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...