Equipe:
Durée: 99‘
Genre:
Date de sortie: 08/06/2004
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Bien qu'installée depuis des décennies à Montréal dans le quartier de Little Italy, la famille Barberini entretient ses racines et ses traditions latines avec ferveur et vivacité. Volubiles, envahissants et exubérants, Gino et Maria mettent ainsi un point d'orgue à ce que leurs enfants ne quittent le nid familial que lorsqu'ils se marieront de préférence avec un membre de la communauté. Si Anna l'aînée, soigne son dramatique célibat à grands coups d'antidépresseurs et de séances chez le psy, Angelo le fils cadet, ose le cataclysme familial en quittant la maison pour s'installer avec Nino un ami d'enfance devenu policier. La situation ne tarde d'ailleurs pas à virer au séisme diluvien lorsque la famille comprend que Nino est l'amant du fiston chéri et que ce dernier n'a pas trouvé de meilleure idée que de vouloir "sortir du placard".

 

Notre critique:

Queues de castors, bûcherons et sirop d’érable, les clichés ont parfois la vie dure quand ont évoque le Canada et n’en déplaise à Atom Egoyan ou David Cronenberg, ce n’est pas au cinéma que l’on pense lorsqu’on évoque ce pays. Et puis voilà, il a fallu que l’année dernière un certain Denys Arcand qu’on avait presque oublié, rafle tout sur le passage de ses INVASIONS BABARES pour que les distributeurs du Vieux Continent se souviennent que le cinoche du pays de la feuille d’érable pouvait parfois être fort juteux. Résultat, on nous balance avec six mois voire un an de décalage, tous les gros succès du box-office québécois en espérant secrètement renouveler l’exploit de 2003. Bah me direz-vous, vu le nombre de grosses bêtises que d’autres pays font dégouliner sur nos écrans avec plus ou moins de scrupules, on est vacciné et pourquoi pas, prêt à être séduit si la chose le mérite.

Version filmée d’une pièce de boulevard, MAMBO ITALIANO est une comédie qui repose sur les vieilles ficelles du télescopage entre deux univers diamétralement opposés. A ma droite donc le folklore ethnique italien (la mama écrasante, les pleurs, les bras qui n’arrêtent pas de bouger et tutti quanti) et à ma gauche l’univers gay (le policier sexy, la help-line, le Village…), bref de quoi mettre en avant de bons gros clichés et poncifs des deux côtés. Aussi audacieux dans sa mise en scène qu’une sitcom de télévision, pas franchement subtil et original dans le traitement de son sujet, ce petit film pré-mâché et sans surprises arrive malgré tout grâce à sa brochette de sympathiques acteurs et quelques gags facétieux à nous faire sourire. Bref ça n’a pas cassé trois pattes à un caribou mais bon on a vu pire.

 

A propos de l'auteur

Journaliste

Journaliste