Titre français: Maléfique: le pouvoir du mal

Equipe: Angelina Jolie, Elle Fanning, Joachim Rønning, Linda Woolverton, Micah Fitzerman-Blue, Noah Harpster, Teresa Mahoney
Durée: 118‘
Genre: Film fantastique
Date de sortie: 16/10/2019
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Alors qu’ils tentent de voler un champignon magique dans une forêt non moins magique, 3 voleurs sont interceptés par un être puissant. Un seul d’entre eux en réchappe et retourne en ville avec son butin...

Notre critique:

C’était il y a déjà 5 ans que le studio aux grandes oreilles proposait un détournement d’un conte de Perrault, “la belle au bois dormant”, en travaillant le récit du point de vue de la “méchante” du conte. MALEFICENT était né avec en star incontestable Angelina Jolie

Avec MALEFICENT: MISTRESS OF EVIL (Maléfique: le pouvoir du mal), Disney poursuit sa (fausse) bonne idée et relance la machine autour de la méchante pas-si-méchante-que-ça. Usant du statut de star d’Angelina Jolie, le film s’articule autour de sa personne la rendant encore un peu moins méchante (elle est même celle qui défend tout l’écosystème de la forêt) tout en proposant une autre méchante totalement diabolique interprétée par une Michelle Pfeiffer au top de sa forme.

Hormis cette joute/affrontement, MALEFICENT: MISTRESS OF EVIL manque complètement d’enjeux et tente d’emballer son récit sous une surabondance d’effets spéciaux (univers magique et sorcellerie obligent) pas toujours très réussis.

Et malgré un casting plutôt à la hauteur, cette séquelle ne décolle jamais et son scénario simplissime qui tente de nous proposer un nouveau conte mélange de plusieurs idées n’a pas vraiment d’intérêt.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...