Equipe:
Durée: 85‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 18/12/2012
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

En province, Joachim Fox reçoit par la poste son acceptation pour les auditions du grand concours télévisé de danse de Monaco... Pendant ce temps, à l'opéra de Paris, les petits rats s'entraînent sous la houlette d'Hélène Marchal, la directrice...

Notre critique:

Valérie Donzelli avait agréablement surpris avec LA GUERRE EST DECLAREE en nous emmenant dans une histoire sensible et sans pathos bien maîtrisée de bout en bout. Avec MAIN DANS LA MAIN, elle se lance dans une histoire au point de départ plutôt délicat à traiter: et si deux êtres, tombant amoureux, devenaient réellement (au sens propre) inséparables? 
Forcément un peu surréaliste ou fable fantastique, c’est selon, le film décrit donc cette passion entre deux êtres d’origine sociale différentes (pour pimenter un peu le récit) qui deviennent, puisqu’ils sont inséparables, une vraie charge sur leur entourage.
Si l’on voit bien le potentiel absurde et comique lié au ‘pitch’, force est de constater que l’on se demande bien au cours du film où Valérie Donzelli veut en arriver. Fable sur le couple? Sur la fratrie? En tout cas, c’est le couple en général qui se retrouve au centre du film même si on a dû mal à croire en cette caricature un peu forcée des inséparables. Et l’on est plus dans la même profondeur de sujet que dans LA GUERRE EST DECLAREE.
Côté interprétation, Valérie Lemercier rejoue la ‘snob’ de service (avec beaucoup de talent il faut le dire) et Jérémie Elkaïm (au scénario avec Valérie Donzelli) fait un jeune homme très convaincant dans son rôle d’amoureux transi et lié inséparablement à celle qu’il aime.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...