Equipe:
Durée: 114‘
Genre:
Date de sortie: 04/02/1997
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Al Pacino aime Richard III de Shakespeare. Alors qu'il monte la pièce avec quelques camarades, il se laisse aller à commenter l'oeuvre et l'auteur...

 

Notre critique:

Nous n’avons pas la chance, de ce coté de l’Atlantique, de connaître l’activité théâtrale d’Al Pacino. Grand amateur -entre autres- de Brecht et de Shakespeare, il mène en parallèle à ses succès cinématographiques une brillante carrière sur les planches de l’Experimental Theatre Company, de David Wheeler. On ignore souvent aussi qu’il a longtemps animé des séminaires et des ateliers théâtraux destinés à faire découvrir la beauté des textes classiques aux étudiants-acteurs et aux néophytes.

Au départ, LOOKING FOR RICHARD a été concu comme le rappel cinématographique de ces expériences didactiques. Pacino y mélange une représentation des scènes-clé de RICHARD III, les répetitions de celles-ci, et une enquête sur Shakespeare. Le texte original est pris à pleines mains, trituré, dissèqué, et offert aux commentaires des comédiens en répétition, de spécialistes universitaires, d’acteurs shakespeariens mais aussi d’hommes de la rue, qui n’ont de l’auteur qu’une vague idée. Le montage foisonnant parvient à faire ressortir, pour un public souvent rebuté par la métrique et l’ancienneté, toute la modernité de cette fable sur le pouvoir, son humour noir et ses envolées épiques. On ne peut rêver mieux comme leçon de littérature. Mais ce n’est pas tout.

Car LOOKING FOR RICHARD est surtout une déclaration d’amour d’un acteur au théâtre, contenue dans son journal intime cinématographique. Pour arriver aux deux heures du montage final (chapeau, les monteurs!), Al Pacino a filmé, sur plusieurs années, des dizaines d’heures de rushes, presque exclusivement à la première personne. Pacino est partout: dans la pièce, dans les répétitions, dans les interviews. Il est le narrateur aussi. Et surtout, il se réserve le rôle titre. Son ego demesuré, ses digressions intarissables et son enthousiasme débordant ont par moments effrayé ses collaborateurs. Mais ils ont réussi à nous entraîner au coeur de sa passion et à nous la faire partager.

N’allez pas vous abrutir devant INDEPENDENCE DAY. Jetez-vous sur LOOKING FOR RICHARD. Profitez-en pour le complèter avec l’excellent RICHARD III de Loncraine. Ça s’appelle de la culture: c’est bon pour le cerveau.

 

A propos de l'auteur

Journaliste

Lorsqu'il ne gère pas la présence web de ses clients, Christophe Bruynix dévore de la fiction sous toutes ses formes. Le temps restant, il photographie, médite, soulève des poids lourds, se débat contre un "régime flexible" (fichus carbs), et il imite très bien Godzilla.