Equipe: Audrey Tautou, Jérôme Salle, Lambert Wilson, Laurent Turner, Pierre Niney
Durée: 122‘
Genre: Biographie
Date de sortie: 12/10/2016
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

1949. Le lieutenant Jacques Cousteau vient se payer une belle maison dans le midi au bord de la mer avec ce que lui a rapporté son brevet sur le scaphandre autonome.

Notre critique:

Après une carrière internationale démarrée avec LARGO WINCH et poursuivie sur ZULU, Jérôme Salle revient à la France et pas n’importe quelle France, puisqu’il adapte un biopic d’un des français les plus connus mondialement, Jacques-Yves Cousteau.

En adaptant les livres de Jean-Michel Cousteau (le fils de Jacques-Yves) et d’Albert Falco (le fidèle bras droit de Cousteau),  Jérôme Salle et Laurent Turner ont développé près de soixante années de la vie de Jacques-Yves Cousteau dans L’ODYSSEE.

Utilisant de nombreuses anecdotes et de nombreux détails pour nourrir cette biographie (non officielle, faut-il le préciser?),  réalisateur et scénariste couvrent à la fois les pans visibles de l’homme publique et ses zones d’ombre (ses conquêtes féminines, le sacrifice de ses enfants à son rêve, etc). Dans les zones d’ombre, il y a ce qui sous-tend le film dans son ensemble, la relation compliquée “amour-haine” entre le fils Philippe et son père. Et si pendant 30 ans, le père Cousteau a voulu conquérir les mers, c’est grâce à Philippe qu’il se rendra compte qu’il fallait la protéger avant d’essayer de l’envahir. On peut donc dire sans hésitation que sa conscience écologique est née de la confrontation avec Philippe.

Coté casting, Lambert Wilson est assez mimétique avec Jacques-Yves Cousteau et s’est -selon ses dires- bien identifié avec l’histoire de Cousteau vu ses propres rapports avec son père, George. Pierre Niney (FRANTZ) montre une fois de plus ses talents de comédien dans une biographie (il l’avait déjà fait dans YVES SAINT LAURENT) tandis qu’Audrey Tautou (ETERNITE) se glisse avec force dans la peau de celle qui a supporté son mari en toutes circonstances et qui lui a permis de réaliser son rêve et ses passions.

L’ODYSSEE oscille ainsi entre une histoire à la fois banale et une histoire hors du commun de gens épris de liberté et de grands espaces. Et avec la photographie remarquable de Matias Boucard et les reconstitutions de la Calypso, ce film se révèle finalement comme une véritable odyssée des fonds sous-marins à laquelle est aussi convié le spectateur.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...