Equipe:
Durée: 101‘
Genre:
Date de sortie: 09/07/1996
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un scientifique américain en mal de crédibilité se retrouve contraint de diriger une mission dont le but est de percer le mystère du monstre du Loch Ness. Il se heurtera très vite à la population du petit village qui borde le loch, peu encline à voir disparaître l'unique raison de sa renommée mondiale. Notre scientifique se retrouvera bien vite devant le choix cornélien de révéler au monde ses fantastiques découvertes et devenir enfin célèbre, quitte à trahir la confiance d'une petite fille, ou de taire ses découvertes et conserver l'amour d'une femme et l'estime de toute une population.

 

Notre critique:

Devinez ce qu’il va choisir notre ami le scientifique?

On passera rapidement sur les qualités techniques du film. Nous sommes ici en présence d’un produit tout ce qu’il y a de professionnel, absolument impersonnel mais irréprochable (on n’a pas dit « enthousiasmant »!), tant du point de vue de la réalisation que de celui de l’interprétation.

La seule chose qui vaille réellement la peine d’être soulignée – et plus encore, dénoncée – dans LOCH NESS concerne l’idée principale véhiculée par le scénario. Une idée qui voudrait que les gens, en général, soient incapables de prendre leurs responsabilités et que, par conséquent, dans leur propre intérêt, il vaut mieux parfois leur mentir, ou en tout cas leur cacher la vérité.

Le plus dérangeant, hormis le fait que l’idée est en soi moralement douteuse, est de retrouver ces idées au sein d’un film destiné aux enfants. Un film qui, d’autorité, nie la capacité de l’homme à faire le Bien et le condamne à l’obscurantisme le plus malsain, détourne de façon lamentable les vertus éducatives qu’un tel film se doit d’avoir, étant donné le public auquel il s’adresse.

On ne raconte pas n’importe quoi à des mômes! Ce n’est pas en empêchant les gens de se trouver en situation de faire des bêtises qu’ils deviendront plus responsables de leurs actes. Et ce n’est pas en évitant de mettre les gens en situation de choix qu’ils apprendront à faire les choix qui conviennent.

LOCH NESS apprend aux lardons la politique de l’autruche. Humainement, ça m’énerve! LOCH NESS est peut-être un film amusant, touchant ou distrayant, mais c’est avant tout un bête film!

 

A propos de l'auteur

Journaliste