Equipe:
Durée: 99‘
Genre:
Date de sortie: 30/09/1997
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Marie (Amélie Pick) est belle, libre, sportive. Elle connaît l'homme idéal, le prince charmant contemporain. Il allie un sens peu commmun des ennuis à un incroyable optimisme, brille par son assurance et est tempéré par sa générosité. Aaaaaahh, tout pourrait-être si simple si cette homme venu d'une autre planète existait d'une pièce, une seule. Voyez-vous, le problème de Dame Marie, c'est que son mec là, il est composé de trois personnages différents. Le premier est un musicien en quête de succès (Pascal Légitimus), le deuxième est un futur député (Christophe Malavoy), et le troisième est responsable d'une galerie commerçante (Daniel Russo). Indépendamment du fait qu'ils veulent tous les trois se marier avec la belle, ils vont découvrir leur co-existence commune. Des premiers coups de tête aux tous pour un, un pour tous, ils franchiront allègrement le pas. S'unisssant face à une Marie qui n'a plus que faire de nos trois diablotins, ils repartent à la conquête de leur femme idéale...

Notre critique:

Comparable à la quête du Saint-Graal pour la gent féminine, l’homme idéal est une denrée bien rare de nos jours. Si vous faites partie de la majorité des hommes ne rentrant pas dans les critères établis par les belles aux dents longues, vous avez dû souvent vous brosser à la pensée d’un partage de moment doux que l’on ne vit qu’à deux et plus si affinités…

Il n’en fallait pas moins pour regrouper trois compères à l’écriture et trois autres en tant qu’acteurs. Lorsqu’on réfléchit, il est quand même aisé de faire un bon film avec une chouette idée de départ. Mais c’est mal connaître les français qui s’enlisent volontiers dans leur propre humour avec un sens de la redite et du gag plat confondant. Apparenté au film LES TROIS FRERES (si faux soient-ils), L’HOMME IDEAL n’en a pas hérité de son humour qualitatif.

Pascal, Christophe et Daniel font de leur mieux pour sortir le script de l’embourbage; sans succès. D’un autre côté, la ravissante déjantée de Zabou nous ravit par ses apparitions assez réussies. Elle campe la soeur de Daniel Russo, une femme sans mec, instable, qui se suicide à la vitamine C. De quiproquos en situations embarrassantes, tout y est… C’est bien-là le malheur.

Le ridicule de l’homme amoureux et sa faiblesse au moment où il se doit de réagir ne sont pas exploités. L’HOMME IDEAL reste un trop banal film français soi-disant humoristique.

A propos de l'auteur

Journaliste