Equipe:
Durée: 115‘
Genre:
Date de sortie: 02/03/1999
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Ils vivent libres et heureux au bord du marais. Il y a Riton, le buveur invétéré, maladroit, pas très malin. Il parvient à peine à nourrir ses trois enfants issus d'un remariage bancal. Heureusement, il y a son ange gardien, Garris, le débrouillard. Toujours en quête d'un petit boulot pour gagner quelques sous: cueillette des escargots, chasse à la grenouille ou vente de muguet le premier mai. Cet été-là, l'existence paisible des deux hommes va basculer, parce que Riton s'attire les foudres d'un boxeur violent, parce que Garris tombe amoureux...

Notre critique:

Jean Becker, on ne le connaît pas trop. En vingt ans, il n’a tourné que deux films, L’ETE MEURTRIER et ELISA. Deux succès, certes, mais appartenant à un passé révolu. On était inquiet devant ses ENFANTS DU MARAIS, dont l’accouchement a duré près de quatre ans. Pourtant, après quelques minutes de vision, l’angoisse se dissipe. La magie prend le relais…

rn

Magie d’une histoire de gagne-misère qui ne veulent pas être pris pour des peigne-culs. Une histoire d’hommes libres et dignes, où toujours l’emportent l’amitié et la générosité. Mais à quel prix? Car ne croyez pas que le destin est gratitude. La vie est amère et pardonne rarement.

rn

Magie du cinéma, ensuite. Becker filme posément ses personnages, les laisse se raconter. Pas de mouvements amples ou de tournoiements enivrants. L’important, c’est l’homme. La mise en scène du réalisateur français est simple, toujours juste.

rn

Magie des acteurs, enfin. Jacques Gamblin, le visage tout traversé d’un sourire dutronesque, campe un Garris formidable, vivace, insaisissable. Jacques Villeret nous attendrit en minable loser; André Dussolier nous amuse en intellectuel rêveur. Michel Serrault incarne un riche industriel, nostalgique de ses modestes origines. Tantôt fou, tantôt Pépé bouleversant, il crève l’écran. Quant à Eric Cantona, le voici enfin crédible en boxeur revanchard.

rn

LES ENFANTS DU MARAIS respire l’authenticité et parle à notre coeur. Du cinéma français trois étoiles qui a besoin de votre soutien, tout comme vous avez besoin du bonheur qu’il dispense…

A propos de l'auteur

Journaliste