Equipe:
Durée: 100‘
Genre:
Date de sortie: 13/04/1999
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Depuis la perte tragique de leur fils, la famille Moreau est figée dans le deuil. Madame est une bourgeoise coincée, Monsieur, fervent adepte des serpents, est le directeur d'une entreprise à la dérive, et Martha, la bonne, est soudainement devenue muette. L'arrivée d'Yves Leguen, breton et noir, comme homme à tout faire va bousculer l'ordre établi...

Notre critique:

Le serpent a mangé la grenouille: drôle de titre pour un drôle de film. Cette comédie pince sans rire et satirique joue sur la métamorphose, voire le mimétisme d’une certaine nature humaine. S’étalant sur deux années et demies, l’action avance au gré des saisons et des transformations, aussi bien extérieures qu’intérieures. Les quatre personnages sont en constante mutation depuis leur rencontre. La bonne tombe amoureuse de l’homme de main qui séduit inopinément la bourgeoise solitaire et qui captive tout autant son industriel de mari par une nonchalance déstabilisante. Sous la houlette d’Alain Guesnier, ce quadrille inattendu permet à des acteurs de renom de tremper dans une oeuvre cocasse et non dépourvue d’humour burlesque, voire absurde.

Jean Rochefort campe avec son habituel flegme l’industriel largué plus attaché à son reptile qu’au futur de son entreprise. Marisa Parades est la femme mûre qui craquera pour le bellâtre d’ébène. Sous une apparente stabilité, ce personnage abandonné s’avérera le plus fragile et le plus mal dans sa peau. Ariane Ascaride (la somptueuse Jeanette dans MARIUS ET JANETTE) habite la servante muette en mal d’amour qui voue à son patron une affection rare. Et celui par qui le malheur arrive est Alex Descas, révélation de ce petit film bien fait. Il intervertira l’ordre social de cette famille embourgeoisée. De l’homme à tout faire, il passera directeur. Il muera tel le serpent. Mais qui est la grenouille? La réponse n’est pas aisée, elle se dissimule dans une interprétation personnelle libre. A vous donc de la trouver.

LE SERPENT A MANGE LA GRENOUILLE est une oeuvre ludique et surprenante. Une valse de tons où humour noir et drame se mélangent, avec pour résultat un film d’acteurs comme on aime dire.

A propos de l'auteur

Journaliste