Equipe:
Durée: 85‘
Genre:
Date de sortie: 23/10/2001
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Il était une fois Poucet dit le Petit, dernier né d'une famille nombreuse, paysanne de surcroît. Alors que la guerre dévaste la région, que la famine sévit, les parents de Poucet décide d'abandonner leurs enfants dans la sombre forêt voisine. Et les pauvres petits vont devoir se débrouiller seuls. Heureusement Poucet est là, avec ses cailloux et sa mie de pain...

Notre critique:

Bon, ben, oui, évidemment, le problème avec le conte du Petit Poucet, c’est que tout le monde connaît l’histoire. Donc pas de surprises de ce côté-là… ou très peu: c’est une guerre qui entraîne la famine, les loups hantent la forêt et une des filles de l’ogre n’a aucune envie de manger de la chair humaine. Olivier Dahan (auteur-réalisateur du réussi DEJA MORT) devait donc trouver le moyen de renouveler le conte puisqu’il souhaitait être fidèle au récit de Charles Perrault.

Et c’est là que réside toute la gageure du film. En ne prenant pas le parti d’un THE COMPANY OF WOLVES (le détournement des contes) ou celui d’un ROMEO & JULIET (la transposition d’époque), Dahan se trouve face à une seule issue: surprendre par l’imagerie, par les choix esthétiques. Mais si effectivement ceux-ci se révèlent de qualité et sont sans conteste bien servis par une mise en scène maîtrisée, cela ne suffit pas au bonheur du spectateur. Surtout que les acteurs se révèlent eux très transparents et semblent ainsi disparaître devant les superbes toiles peintes des décors…

Dommage donc que l’originalité se résume à un seul critère alors que l’on sent qu’un auteur comme Olivier Dahan aurait pu pousser l’oeuvre de Perrault plus loin!

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...