Equipe:
Durée: 100‘
Genre:
Date de sortie: 14/03/2000
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Caché, Diderot poursuit l'écriture et l'impression clandestine de son Encyclopédie, tandis que l'Eglise le poursuit dans sa répression impitoyable. Ce qui n'empêche ce libertin de s'adonner à tous les plaisirs de la chair, en compagnie de femmes toutes plus charmantes les unes que les autres.

Notre critique:

Voici un film dont le titre colle parfaitement à la sensation du spectateur qui le regarde! C’est en effet une sensation de légèreté qui perdure après la vision du film, le sentiment d’un divertissement vite oublié où les mots d’esprits faciles foisonnent et où l’on voit plus de gens déshabillés (assez bien faits il est vrai) que de gens habillés. Clairement, Gabriel Aghion (PEDALE DOUCE) a pris le soin de faire une mise en scène à la mesure du libertinage dont il traite, tout en se laissant hélas aller un peu trop vers le simple badinage. Un second degré un peu plus profond n’aurait fait de mal à personne.

LE LIBERTIN ne peut se cacher d’être l’adaptation d’une pièce de théâtre: les dialogues y sont bons et mis en avant, tandis que les acteurs s’en donnent à coeur joie dans des rôles sur mesure. Depuis Vincent Pérez en Diderot jusqu’à Josiane Balasko en prêtresse de la gourmandise, en passant par Arielle Dombasle en jouisseuse ou Michel Serrault en cardinal, tous leurs numéros d’acteurs et de cabotinage sont là pour tenter de nous réjouir.

Mais est-ce vraiment suffisant pour nous faire apprécier le film?

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...