Equipe:
Durée: 94‘
Genre:
Date de sortie: 23/07/2002
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

David, fils de bourge assis le cul dans le beurre, envoie valser simultanément sa mère et son bac. Il quitte le cocon familial et se concentre sur le Défi, un concours de danse hip hop dont les vainqueurs partiront à la conquête des Etats-Unis. La maman abandonnée, accessoirement ex-danseuse reconvertie en modiste de luxe, décide de récupérer son fils.

Notre critique:

Les bonnes intentions et le talent ne font pas toujours les bons films. Loin s’en faut. LE DEFI, pavé de messages sociaux positifs, n’est en effet qu’un (mauvais) trip hip hop au jeu de jambes boiteux, qui n’entraînera que les plus résistants d’entre vous. Pour cause, essentiellement, un scénario laxiste qui mise sur sa sincérité pour colmater sa naïveté. Hélas, énième film à dénoncer la situation des banlieues, LE DEFI navigue en territoire connu et reconnu. Et il s’engouffre dans tous les pièges: caricature extrême du milieu bourgeois et de la cité, personnages sans dimension à peine attachants, enjeu dramatique quasi inexistant…
rnCe laisser-aller permanent sensé ne servir que de prétexte au vrai sujet, la danse, finit par s’infiltrer dans toutes les scènes. Il plombe littéralement le déroulement d’un film qui ne s’échappe que lors de deux trop courtes séquences oniriques: la déclaration des amoureux dans l’escalier et la danse indienne dans l’appartement d’Elena.

rnrn

Hélas, Blanca Li, la chorégraphe atypique (force est de constater les efforts entrepris sur ce point) ne parvient jamais à lier les séquences à l’aide du délicat fil rouge de l’histoire. S’en suit un film décousu qui ne fera sautiller que les indécrottables du hip hop.

rn

A propos de l'auteur

Journaliste