Equipe:
Genre:
Date de sortie:
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Darius, auteur théâtral à succès se tape une grosse déprime après sa première pièce. De retour de convalescence, il a le syndrome de la page blanche. Après avoir commis un homicide involontaire sur le chat de son voisin, Darius retrouve mystérieusement toute sa verve. De fil en aiguille, son manque de création le poussera au meurtre qui, à chaque fois, fera avancer un peu plus loin le récit.

 

Notre critique:

Albert Dupontel n’est pas un cinéaste qui fait dans la dentelle. Son BERNIE portait à sa quintessence l’usage de la pelle dans une débauche d’effets horrifiques. Aujourd’hui, et juste après sa sortie en vidéo, il nous envoie son créateur ou l’histoire de Darius, écrivain en manque d’inspiration.

Avant de plonger dans le trash qui définit si bien le Dupontel réalisateur, Albert, le scénariste, nous fait miroiter un semblant d’histoire avant de se vautrer dans l’effet sanguinolent et le cadrage savamment décadré. Dupontel en Darius, c’est un peu Jim Carrey époque ACE VENTURA, tout dans la grimace et rien (ou pas grand chose) dans le fond. LE CREATEUR est une oeuvre aussi stimulante qu’une cuillerée d’huile d’olive, avec les mêmes conséquences.

 

A propos de l'auteur

Journaliste