Equipe:
Durée: 88‘
Genre: Drame
Date de sortie: 28/09/2004
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Mathilde vit avec sa maman depuis le divorce de ses parents. Sa scolarité est loin d'être idéale, ce qui est source de conflit entre elle et sa mère... Son grand-père est en maison de repos. Pour fuir une réalité souvent difficile, Mathilde s'est construit tout un univers sous son lit. Et voilà qu'un beau jour, elle s'en va à pied chercher son grand-père en pleine nuit...

Notre critique:

LE COU DE LA GIRAFE fait partie de la catégorie de films qui, à l’instar des CHORISTES, font appel à la tendresse, la mélancolie et une certaine forme de cinéma que l’on ne voit plus beaucoup dans les salles. Cette étrange histoire, voyageant au bord du conte de fées, est une quête, la quête d’un rêve et vante le rêve comme thérapie.

Mais LE COU DE LA GIRAFE, c’est avant tout un film sur les enfants en tant que moteur pour faire revivre les souvenirs enfouis des adultes, même les mauvais. Ils sont l’étincelle de vie qui remet en marche le coeur des vieillards. De cette confrontation douce et naïve se dégage une grande tendresse cachée souvent sous les airs bourrus d’un Claude Rich, remarquable et toujours juste.
Sandrine Bonnaire est attachante et touchante dans un personnage tout en nuances. Quant à la petite fille interprète du rôle titre de Mathilde, Louisa Pili, elle est d’un naturel et d’une aisance étonnante dans un rôle fort dialogué.

Le tout donne un film mélancolique où réalisme et fable se disputent le destin tragique des personnages, destin qui leur jouera des tours jusque dans une fin inattendue…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...