Equipe:
Durée: 100‘
Genre: Dessin animé
Date de sortie: 31/05/2011
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Chez les juifs d'Alger, on préfère les chats aux chiens. Et comme de bien entendu, le rabbin Sfar adore son chat... mais aussi sa fille Zlabya.

 

Notre critique:

En partant d’un point de vue typique de fable, un chat qui parle parce qu’il a avalé un perroquet, Joann Sfar avait, dans sa BD, réussi une formidable leçon de religion accompagnée par un humour omniprésent et un dessin chatoyant.
Et voici qu’après avoir superbement réussi sa biographie très personnelle de Gainsbourg, il adapte donc cette BD en cinq tomes en long métrage animé en 3D. Sur ce dernier point, disons tout de suite que la 3D n’est ni vraiment nécessaire ni vraiment gadget mais qu’elle n’ajoute que peu à la magie de l’ensemble.
Pour le reste, les décors soignés, le récits aux multiples facettes et un dessin bien maîtrisé en animation viennent servir une histoire qui brasse à la fois l’enseignement des religions, mais aussi l’opposition subtile entre judaïsme et science, l’opposition entre les différentes religions ou encore l’importance du respect en général.
En définitive, LE CHAT DU RABBIN est avant tout une fable humaniste merveilleusement mise en images par un Joann Sfar qui devient décidément un cinéaste à suivre absolument…

 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...