Equipe:
Durée: 120‘
Genre:
Date de sortie: 20/08/2002
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

A 27 ans, étudiant parisien en économie, Xavier est sur le point de terminer ses études et de faire son entrée dans la vie active. Sans grande conviction mais grâce au bras long d'un copain de papa, il vient de dégoter un poste au ministère des finances. Oui mais voilà, la condition sine qua non pour embrasser cette carrière ministérielle est qu'il maîtrise parfaitement les subtilités de la langue de Cervantès. Qu'à cela ne tienne, les voyages forment la jeunesse… Après un laborieux parcours du combattant pour venir à bout des formalités administratives d'inscription aux programmes ERASMUS, le jeune homme débarque à Barcelone sans y connaître personne. Pas mécontent de quitter le poncho de sa baba-cool de mère un peu trop collante et le monde de Martine, sa petite amie dont le prénom n'a rien d'anodin, Xavier finit par trouver un logement où cohabite une petite communauté d'étudiants issus des quatre coins de l'Europe, tous venus comme lui étudier dans le cadre de programmes d'échanges universitaires. Avec ses six joyeux colocataires si différents, dans cet appartement exigu, enfumé et mal rangé, il va pendant un an faire l'expérience d'être un étranger. Cette vie en communauté où tout est possible va rapidement prendre des allures de parcours initiatique crucial et déterminant pour ses choix futurs.

Notre critique:

Le nouveau film de Cédric Klapisch est de part son titre mais aussi de part sa forme une véritable AUBERGE ESPAGNOLE tant on y trouve tout ce que son réalisateur et ses personnages y apportent. Reprenant le principe de fabrication de CHACUN CHERCHE SON CHAT où les idées pour nourrir le scénario ne partaient pas du script mais des repérages et du casting, il brode sur une trame de départ assez simpliste, une histoire légère et pétillante comme une bulle de champagne. Filmé au jour le jour, fabriqué de bric et de broc, joyeusement bordélique, cette quatrième collaboration avec Romain Duris son acteur fétiche (dont le rôle a été écrit sur mesure) nous donne aussi l’occasion de découvrir une savoureuse galerie de portraits tous admirablement bien croqués par une croustillante et cosmopolite bande de jeunes acteurs.

Formidable observateur de jeunesse, éternel adolescent, comme il avait su si bien le faire à ses débuts dans LE PERIL JEUNE, Klapisch capte les ambiances, saisit les petits riens et filme avec tendresse et une distance amusée cette bande de copains qui s’aiment et s’engueulent autour d’un paquet de chips qui traîne et d’une baignoire mal lavée. Voix-off, arrêts sur images, split screens et incrustations, dans un style atypique et rythmé, la force et la fraîcheur de son film repose principalement sur sa façon de nous raconter le tout sur le ton d’une bonne blague sans complexes et truffée de détails. L’ordinaire devient soudain magique, les clichés sont dynamités et au fil de cette ballade buissonnière, on se sent peu à peu complice avec une folle envie de traverser l’écran pour rejoindre cette bande de joyeux lurons.

Malgré parfois des petits signes d’essoufflement et quelques facilités naïves dues notamment à la fragilité de l’idée de départ, il souffle sur cette AUBERGE ESPAGNOLE un esprit boy-scout et une bonne humeur contagieuse qu’il serait dommage de bouder. Quand le cinéma français ne se prend pas au sérieux et que la construction européenne à des allures de FRIENDS, il faut bien avouer que cela fait un bien fou et il ne faudra pas s’étonner si l’on observe une augmentation des candidatures ERASMUS d’ici peu.

A propos de l'auteur

Journaliste

Journaliste