Equipe: Agnès Jaoui, Benjamin Biolay, Brice Cauvin, Laurent Lafitte, Raphaëlle Desplechin
Durée: 100‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 10/03/2015
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Louis annonce qu’il se fiance avec Julie autour du lit d’hôpital de son père, alors que toute la famille est réunie. Mais cette annonce ne fait pas plaisir à tout le monde, spécialement pas à Antoine, son frère...

Notre critique:

Louis s’engage avec Julie alors qu’il est dingue de Mathilde, Antoine remet en question son couple homosexuel avec Adar et Gérard, le petit dernier, est en pleine phase de rupture avec sa femme. C’est ce que l’on peut appeler une famille en déliquescence…

Entre drame et drôlerie, Brice Cauvin nous emmène dans cette tranche de vie familiale qui, à l’image de la vie, va et vient sans jamais très bien connaître son destin. Pour illustrer son propos, il a choisi de mélanger la jeune génération montante d’interprètes (Nicolas Bedos, Bruno Putzulu, Laurent Lafitte, Benjamin Biolay, Elodie Frégé et bien d’autres encore) et la vieille garde (si l’on peut se permettre) composée d’Agnès Jaoui, Guy Marchand, Marie-Christine Barrault ou encore une Irène Jacob.

Et si ce mixage des générations, avec tous ces acteurs et actrices de talent, est plutôt une bonne idée, le problème du film repose plus sur une histoire qui fait du surplace et dans laquelle il faut attendre près d’1h30 pour que cela commence un peu à bouger. Les bons dialogues ne suffisent pas à relancer notre attention, et l’on se prend à penser que cet ART DE LA FUGUE parle plus de l’art du spectateur à quitter la salle discrètement que de la fuite des protagonistes devant leur responsabilité.

Dommage…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...