Equipe: Philippe Rebbot, Romane Bohringer, Rose Rebbot-Bohringer
Durée: 97‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 17/10/2018
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Romane et Philippe se séparent. Après 10 ans de vie commune, deux enfants et un chien, ils ne s’aiment plus. Enfin... ils ne sont plus amoureux. Mais ils s’aiment, quand même. Beaucoup. Trop pour se séparer vraiment? Bref... C’est flou.
Alors, sous le regard circonspect de leur entourage, ils accouchent ensemble d’un «sépartement»:deux appartements séparés, communiquant par... la chambre de leurs enfants! Peut on se séparer ensemble? Peut-on refaire sa vie, sans la défaire?

Notre critique:

L’histoire de ce film est plutôt particulière. Elle n’est pas commune parce qu’elle a pour acteurs des gens qui ne le sont pas. Ecrit et réalisé par Romane Bohringer et Philippe Rebbot, L’AMOUR FLOU est un film autobiographique. En effet, Bohringer et Rebbot étaient en couple dans la vie et ont eu deux enfants. Après une dizaine d’années ensemble, ils ont décidé de se séparer. La séparation était inévitable et aurait pu atteindre les enfants plus que ce ne fut le cas. Ce qui est anodin ici, c’est le projet qu’ont eu les parents afin d’assurer un maximum de stabilité à leur progéniture. Comme il fallait une vraie séparation, Romane et Philippe ne pouvaient plus vivre ensemble. Pour apporter de la stabilité, ils ont tout de même réemménagés ensemble. Enfin presque. Ils ont repris deux appartements distincts mais côte-à-côte qui ne communiquent qu’à travers une pièce, la chambre des enfants. Ainsi, chacun sa vie, chacun son appartement, son intimité et les enfants continuent d’avoir leurs deux parents en permanence, sans devoir aller une semaine chez l’un puis chez l’autre.

L’idée est plutôt brillante mais, quand on voit le résultat, il est clair que ce n’est pas pour tout le monde. Ce mode de vie demande un temps d’adaptation, une sacrée organisation. Ce que le film montre avant toute chose, c’est le cheminement par lequel sont passés Romane et Philippe avant de prendre chacune des décisions qui ont impactées leur vie de famille. On y voit le point de non retour, les réflexions, le recul, les prises de décisions, la vie de parents, la vie des enfants ou encore l’introspection. Bien entendu, tous ces thèmes ont déjà été traités au cinéma, ce qui différencie ce film des autres, c’est vraiment son issue particulière, ce style de vie un peu fou.

Un peu comme le NUESTRO TIEMPO de Carlos Reygadas (encore inédit dans nos salles mais découvert à la dernière Mostra de Venise), chacun des personnages est interprété par ceux qu’ils incarnent. C’est ainsi que Romane Bohringer et Philippe Rebbot jouent leur propre rôle mais ce n’est pas tout, c’est également le cas de leurs enfants et leur famille proche, frères, sœurs et parents. Forcément, les comédiens ne jouent pas. Ils sont. Il y a tout de même quelques acteurs, dont le type de jeu est parfois quelque peu exagéré afin d’apporter un décalage comique au récit. C’est ainsi qu’on aperçoit Reda Kateb, Noémie Schmidt ou encore Riton Liebman.

Le simple fait que ce film existe montre les bonnes relations qu’entretiennent encore aujourd’hui Romane Bohringer et Philippe Rebbot. Peut-être même cela a resserré quelques liens familiaux. Dans tous les cas, leur complicité est évidente car, pour parvenir à un tel résultat et parler si ouvertement de leur intimité, il faut d’excellentes relation et, surtout, beaucoup de confiance. Le résultat n’en est que meilleur. Afin de rentrer totalement dans leur démarche, c’est important que les spectateurs connaissent leur vie. Alors bien sûr, certaines choses sont très probablement romancées ou différentes de la réalité, mais cela ne change rien au fond.

L’AMOUR FLOU est un film de rupture particulier qui gagne sa saveur grâce à son contexte. D’une part, le fait que chacun joue son propre rôle mais aussi la solution de « cohabitation » trouvée pour satisfaire tout le monde. C’est drôle, touchant, attendrissant et c’est à voir dès à présent dans les salles.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.