Equipe: Greta Gerwig, Laurie Metcalf, Saoirse Ronan, Tracy Letts
Durée: 94‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 04/04/2018
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

2002. Sacramento. Christine et sa mère, Marion, ont des discussions sans fin sur l’endroit où Christine devrait faire ses études universitaires. Si Marion penche pour que Christine reste en Californie, cette dernière ne rêve que d’aller sur la côte Est pour s’éloigner d’une famille (et surtout de sa mère) qui l’étouffe un peu.

Notre critique:

L’adolescence est probablement l’un des sujets majeurs du cinéma et souvent l’un des plus mal traité (voire maltraité). Avec ce LADY BIRD de l’actrice et scénariste Greta Gerwig (dont c’est le premier film), le sujet est plus que joliment abordé avec toute la sensibilité et l’émotion que peut apporter une réalisatrice féminine sur ce type de sujet.

Très bien servi par une Saoirse Ronan (BROOKLYN, BYZANTIUM) dont le talent indéniable est en train d’exploser à l’écran, film après film, LADY BIRD est aussi un film politique, très politique mais aussi très politiquement incorrect. Et cela fait bien plaisir de voir que les américains sont encore capables de donner la parole et le grand écran à des scénarios qui osent aborder les problèmes de société avec force et honnêteté.

Bien rythmé, ce film de femmes n’épargne pas vraiment la gente masculine qui est soit absente soit complètement falote. Mais cette vision, même si elle peut paraître parfois réductrice n’en demeure pas moins d’une grande fraîcheur et très en phase avec cette fin des années 2010.

On attendait beaucoup de LADY BIRD, il avait gagné le Golden Globe du meilleur film et Saoirse Ronan avait eu celui de la meilleure actrice. Mais les Oscar l’ont hélas boudé, faisant de ce film, acclamé par la critique américaine, le grand perdant de la cérémonie.

Et il est vrai que si il fallait peut-être mettre un léger bémol au déluge de critiques positives de ce très bon film, ce serait clairement le fait d’aborder un sujet très utilisé au cinéma (même si le traitement est admirable) sans s’éloigner vraiment de la trame narrative propre à cette thématique (l’adolescence difficile). Ce (léger) manque d’originalité expliquant peut-être le déni de l’Académie…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...