Titre français: La Trève

Equipe:
Durée: 125‘
Genre:
Date de sortie: 07/07/1998
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Quand l'armée russe ouvre les portes d'Auschwitz, les quelques rescapés du camp de la mort se retrouvent esseulés et voués à eux-mêmes. Sans saucune ressource ni aide extérieure, Primo (John Turturro), l'un d'entre eux, n'a qu'une obsession: rejoindre sa ville natale de Turin. Si les joies de la liberté s'offrent à lui et que la guerre est finie, cet italo-juif complétement paumé devra 'se démerder' pour survivre dans un milieu ravagé par les souffrances et gangréné par le marché noir et le chacun pour soi. Au fil des rencontres, il apprendra à se débrouiller et à rentrer dans un système peu accueillant. Mais l'espoir d'un hypothétique retour est un moteur remarquable...

Notre critique:

Encore un film sur le seconde guerre mondiale? Oui, mais si La trève n’arrive pas à la hauteur d’un SCHINDLER’S LIST, il monte quand même jusqu’à sa ceinture…

Association réussie de gravité et de légèreté, cette production et réalisation italienne tient bien la route. Abordée sans haîne et avec efficacité par une Francesco Rosi enthousiaste, l’oeuvre séduit par son approche et le jeu de ses protagonistes. Du côté des ratés, un très mauvais point pour le doublage italien de John Turturro, au demeurant toujours aussi prenant, qui ampute la force de sa prestation.

Si l’ensemble ne soulève pas de montagne, la trève est loin d’être à classer dans les grands films inutiles du cinéma actuel.

A propos de l'auteur

Journaliste